Un enfant jouait dehors

« Un enfant jouait dehors

Depuis le pré-cambrien,

Traçait une rivière

Dans la chair du monde

Avec ses bâtons d’écriture,

Aimait aussi bien que le pain

Les pierres retournées de la terre

Et les cheveux des arbres ensommeillés

Caressés par le vent maternel

Pour qu’ils glissent plus clairs et plus nus

Dans la saison de la nuit.

Un enfant jouait dehors

Depuis le pré-cambrien

Comme dans une chambre

Aux murs couchés par l’espace,

N’est pas revenu,

N’a pas répondu à l’appel pour le repas du soir. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s