Archives de catégorie : Poésie

Quelque chose de vivant

« Garder quelque chose. Quelque chose de vivant. Autre chose que la conscience que j’en ai. Autre chose que la peur de le perdre. C’est la raison pour laquelle j’écris ces mots. Ce n’est pas de la littérature. C’est de l’amour. … Lire la suite

Publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie | 2 commentaires

Cela écoute

« Cela parle au fond de toi comme une source, cela chante. Il faut écouter. Il ne faut par forcer l’écoute. Cela écoute aussi. » Alain Suied

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Où se cache le plus clair

« Écris non dans l’écriture mais dans l’intimité du puits où se cache le plus clair. » Thierry Metz

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Une autre façon de nommer

« Ainsi un mur tombe, et c’est peut-être un mur de mots ; il y a peut-être une façon de dire arbre, chemin, prairie, qui éloigne de nous l’arbre, le chemin, la prairie ; et peut-être une autre façon de les … Lire la suite

Publié dans Citations, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Le travail de l’écriture

« Le cœur est une chambre étouffante. L’aérer, Changer les draps du songe, Allumer quelques fleurs – C’est le travail de l’écriture. » Christian Bobin

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Un enfant jouait dehors

« Un enfant jouait dehors Depuis le pré-cambrien, Traçait une rivière Dans la chair du monde Avec ses bâtons d’écriture, Aimait aussi bien que le pain Les pierres retournées de la terre Et les cheveux des arbres ensommeillés Caressés par le … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Où l’être ne meurt pas

« Samedi. J’ai fait quelques pas autour de la maison. Je n’avais pas besoin d’aller loin pour me perdre. Inutile. Comment s’éloigner dans un univers où l’être ne meurt pas ? Je voulais marcher, c’est tout. Sortir un instant de ces … Lire la suite

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Arrière-monde

« J’ai senti devant moi à travers la distance instantanée que devait franchir mon œil pour se poser sur les choses j’ai senti frissonner la trace errante d’un arrière-monde inscrite en filigrane dans l’étoffe du monde. » Jean-Pierre Chambon

Publié dans Extraits, Poésie | Laisser un commentaire