Heidegger et la question du langage

Martin Heidegger, né en 1889 à Messkirch, un temps assistant de Husserl, a produit une des oeuvres philosophiques les plus importantes du XXème siècle. Sa pensée a induit un tournant au niveau de la philosophie contemporaine et a eu une influence déterminante sur le mouvement existentialiste mais aussi sur les courants phénoménologiques post-husserliens marqués par l’herméneutique.

La question du langage demeurera l’une des étapes majeures des travaux de Heidegger. Celui-ci remet en doute la conception objectivante du langage, dominante dans la philosophie occidentale (mais également dans la littérature). La conception objectivante considère que la fonction essentielle du langage est la description ou la représentation, que l’énoncé de cette description pour être vrai doit reproduire fidèlement la réalité décrite, que l’homme est un producteur et utilisateur de copies, que le langage est un ensemble de copies, que tout doit être placé sous le signe de l’objectivation universelle, soumis à la précision, l’univocité, la définition rigoureuse…

Pour Heidegger, la conception objectivante du langage rend sourd à la question de l’être et attentif seulement aux étants (les objets linguistiques et extralinguistiques). Or, « c’est dans le langage que l’être retentit, se révèle et se retire. » C’est l’avenir de l’être et de l’homme qui se jouent dans le langage. Dès lors, il s’agit de se mettre à l’écoute du langage, d’apprendre à laisser parler le langage, la poésie étant le lieu où l’être non objectivant du langage a pu, par excellence, se dire. Les poètes, grâce à leur dialogue poétique avec le langage et avec les choses, déploient un monde et une histoire; ils ne cherchent pas à dominer. Seule une parole – une méditation – herméneutique, poétique, dialogique, est capable de rompre avec le fourvoiement objectivant du langage occidental qui éloigne de l’être.

« Le langage parle. L’homme ne parle que dans la mesure où il répond au langage. »

Martin Heidegger

« Dire est originellement entendre (…) et dire en retour »

Martin Heidegger (approche de Hölderlin)

« Nous sommes un dialogue. »

Martin Heidegger (approche de Hölderlin)

« Le langage est la maison de l’être. L’homme demeure en son abri. »

Martin Heidegger

Cet article a été publié dans Citations, Didacticiel, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s