La grande crue

« Quand il sera trop tard, des larmes jailliront

comme des argents des coffres, des bas de laine

Des préhistoires les mortas remonteront

Des mots, comme un fléau, diront droit dans l’haleine

Tout ce que nous ne savions pas que nous savions »

Jacques Bertin

Cet article a été publié dans Chanson, Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La grande crue

  1. catherine dit :

    Les deux thèmes de ce pluvieux mois de juin (d’où la crue?) étant le silence et la poésie, je vous propose aussi d’écouter « les grands poètes sont comme des fleuves silencieux » du même Jacques Bertin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s