Ecriture première

« L’hier, le plein hiver qui se prolonge

Dès que nous fermions les paupières, sans crainte

chaque soir, sans demander où, nous partions en voyage,

nous étions sûrs de ne pas être seuls

Au retour, ces fleurs, ces hautes vagues frémissantes,

là-bas les vitres grises, le gel avait saisi notre buée

Nous poursuivions l’œuvre nocturne

en évitant d’abord de les toucher, en approchant la bouche,

en laissant ruisseler le givre, la lumière apparaître

Nous dessinions alors d’un doigt timide,

peu à peu enhardi, un arbre ou un oiseau,

nous lui donnions dans le jardin le profil d’un navire. »

 

Pierre Dhainaut

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s