Archives de catégorie : Retravaillé

L’arbre qui naît

« Poème La montagne a grandi sous la plume… et la pluie couvre ton chant de grands charbonnages purs. Tu es l’arbre qui naît dans la forêt de chaque enfant. » Jacques Izoard

Publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

Toutes les routes sont promises

« Toutes les routes sont promises À qui les rêve sans les voir. L’une s’ouvre à tous les voyages, L’autre avec toi s’enfonce au cœur du temps, La troisième fait don d’une enfance À celui qui n’en avait plus, Une autre … Lire la suite

Publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

Échappé des fables tu vas

« Échappé des fables tu vas – chercheur d’eau – sans demander où est la terre archive de l’ici mais va plus loin où l’on tresse et frappe – à même le sol – le tambour du langage. » Thierry Metz

Publié dans Poésie, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

Une vertu de l’esprit pratique

« L’art est une vertu de l’esprit pratique, et la pratique de toute vertu exige un certain ascétisme, un dépassement définitif de la nature du Moi. L’écrivain doit pouvoir se juger soi-même avec les yeux d’un étranger, la sévérité d’un étranger. … Lire la suite

Publié dans Citations, Extraits, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

Dans l’intégrité d’une force non influencée

« L’art véritable est sans but, sans intention… Libérez-vous de vous-même, laissez derrière vous tout ce que vous croyez être, tout ce que vous avez, de sorte que de vous il ne reste plus rien, que la tension sans aucun but… … Lire la suite

Publié dans Citations, Extraits, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

L’enfant d’un long silence

« Je suis l’enfant d’un long silence… Dans l’aube bleue des sables je trouverai ma route j’arriverai enfin à cette grande fête où mon corps fait surface à l’intérieur du sel. » Tristan Cabral

Publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire

A grands coups d’ailes

« À la terre il faut renaître, il faut labourer encore dans la glaise du matin, faucher comme l’oiseau le blé de l’aurore, à grands coups d’ailes. » Louis Guillaume

Publié dans Extraits, Poésie, Retravaillé, Théorie | Laisser un commentaire