Ô bonne sage-femme

« La nuit quand t’es tout seul devant vraiment tes écritures vides
où tu cherches ce qui est toi dans le remue-ménage de ton sang,
la solitude, ô bonne sage-femme, prépare des linges en se taisant. »

Jacques Bertin

Cet article a été publié dans Chanson, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s