Ce peu

« Le poème n’a besoin que de ce peu
Ce sang commun tout au fond de ton ventre
Ce sang qui s’incline vers la cendre

Le poème n’a besoin que de ce cri qui te précède
Et te poursuit comme une ombre. »

Guy Allix

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s