Archives quotidiennes : 21 août 2017

Faire provision de clarté

« De quoi le temps te change-t-il ? Enfant, tu restais muet devant le canevas d’une araignée, la neige clandestine venue de nuit à pas de loup, de feuilles mortes. Aujourd’hui en tête à tête avec ta fenêtre tu écris des … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Le poète et son double

« Je crois que j’entrevois Qui parle ainsi à son insu peut-être jamais moins seul qu’en votre compagnie ? Il est ici mais ses yeux sont lointains Vous avez beau scruter il n’y a rien à la fenêtre qui se signe … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Je suis un chant

« Un jour on te demandera la raison de ton émerveillement d’enfant désarmé, tu répondras : J’ai perdu pieds dans la louange je suis un chant dans la bouche du fleuve et quand m’étreint la joie entre ses hanches riveraines je … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Trame invisible

« Du sablier à l’encrier le secret d’une vie et sa trame invisible Comme affranchi des mots le silence te gagne Les mains tranquilles sur la table tu attends que la plume retourne à l’oiseau. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Lisière incandescente du dicible

« Comme les roses au verso de leurs paupières baissées portez en vous ce lourd secret qui les rend si légères l’embrasement des aubes des mélèzes à la lisière incandescente du dicible. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Regard à jeun

« Regard à jeun… Avoir un ciel à raconter. Aller pieds nus Dans le plus jeune De ses jours Et s’enivrer de gratitude. » Gilles Baudry

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Donner aux mots une présence

« Donner aux mots une présence l’opulence du peu accorder juste souffle à la vie Ce n’est pas tant de garder le silence qui importe mais de lui demander s’il veut bien être le berger qui nous garde. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

A mains nues

« Seul avec le silence bourdonnant d’abeilles et la fenêtre en croix sur l’absence habitée le coquelicot de la lampe dans la nuit seul à traduire ce qu’on gagne à vivre dans un lieu perdu au bout du monde où tout … Lire la suite

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire