Archives quotidiennes : 21 août 2017

Faire provision de clarté

« De quoi le temps te change-t-il ? Enfant, tu restais muet devant le canevas d’une araignée, la neige clandestine venue de nuit à pas de loup, de feuilles mortes. Aujourd’hui en tête à tête avec ta fenêtre tu écris des … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Le poète et son double

« Je crois que j’entrevois Qui parle ainsi à son insu peut-être jamais moins seul qu’en votre compagnie ? Il est ici mais ses yeux sont lointains Vous avez beau scruter il n’y a rien à la fenêtre qui se signe … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Je suis un chant

« Un jour on te demandera la raison de ton émerveillement d’enfant désarmé, tu répondras : J’ai perdu pieds dans la louange je suis un chant dans la bouche du fleuve et quand m’étreint la joie entre ses hanches riveraines je … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Trame invisible

« Du sablier à l’encrier le secret d’une vie et sa trame invisible Comme affranchi des mots le silence te gagne Les mains tranquilles sur la table tu attends que la plume retourne à l’oiseau. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Lisière incandescente du dicible

« Comme les roses au verso de leurs paupières baissées portez en vous ce lourd secret qui les rend si légères l’embrasement des aubes des mélèzes à la lisière incandescente du dicible. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Donner aux mots une présence

« Donner aux mots une présence l’opulence du peu accorder juste souffle à la vie Ce n’est pas tant de garder le silence qui importe mais de lui demander s’il veut bien être le berger qui nous garde. » Gilles Baudry

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

A mains nues

« Seul avec le silence bourdonnant d’abeilles et la fenêtre en croix sur l’absence habitée le coquelicot de la lampe dans la nuit seul à traduire ce qu’on gagne à vivre dans un lieu perdu au bout du monde où tout … Lire la suite

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Tu as tout désappris

« Qu’un feu de haute neige en ta poitrine brûle et en amont des nuits analphabètes, trouvant par quel miracle la force d’être sans défense, tu as tout désappris même les mots privés d’écorce pour n’être enfin que cet arpent de … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire