Unique amante

À des livres jamais lus
pages d’ombre
à d’indifférentes voix
(…)
À un tombeau d’écriture
très mystique là
dans l’éclipse consolante
(…)
Et à notre unique amante
qui attend en nous
et hors de nous lèvres peintes. »
Lionel Ray
Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s