D’un simple geste

« Dans la pièce où j’écris, je dois refaire le vide. Elle est trop pleine de mots. Ils se bousculent entre eux et sèment la pagaille. J’enlève mes lunettes pour regarder la nuit sans vitre. À quoi bon ouvrir les bras, s’il n’y a personne à mettre dedans. Nous sommes une goutte d’eau dévorée par la flamme. Un simple chuitt, et l’âme s’évapore. Parler d’éternité, c’est un peu la créer. Parler d’espoir, c’est avancer d’un pas, faire d’une vague une mer, d’un simple geste un homme. »

Jean-Marc La Frenière

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s