La poésie est fondatrice

« La poésie est fondatrice, fondatrice d’être. Nous avons dans le monde du conceptuel qui est le nôtre à habiter dans une sorte d’immense échafaudage de notions, de significations, de représentations, et tout cela est fondamentalement irréel. En ce sens que, par exemple, l’expérience de notre finitude, du temps qui passe, de l’irrémédiable du temps, tout cela échappe à ces formes de représentation. Et comme c’est irréel, tout cela peut s’écrouler d’un moment à un autre, on peut se retrouver dans le désastre, on peut se retrouver au bord du gouffre, on peut avoir le sentiment que tout ce que nous avions au sein de notre langue et de nos paroles n’est qu’une chimère dont il ne reste dans cet instant plus rien : l’expérience du non-être. Et dans ces conditions, que peut-on faire ? Soit se laisser aller à ce non-être, s’y enfoncer, vivre une expérience que l’on dira mystique. Soit, et c’est cela qui me paraît être la poésie, se rendre compte qu’au bord du gouffre où nous sommes, et bien il y a quelqu’un d’autre près de nous, ou telle ou telle chose tout simplement, et se retourner alors vers cet Autre pour lui proposer une alliance qui sera créatrice d’un lieu, un lieu dans le non-lieu universel mais un lieu pour nous suffisant. Et c’est cela que j’appellerais l’être. Et je dirais donc que ce mouvement de retour vers l’Autre, qui a besoin de la parole et qui crée une parole toute simple pour être le lien, ce mouvement-là c’est la poésie. »

Yves Bonnefoy (entretien)

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s