Vieux pays

« Vieux pays

Découpé dans le ciel

Je ne veux pas

Qu’une avalanche de béton

Enferme ta mémoire

Je veux garder vivaces

Les chemins de l’enfance

Le jardin de l’été

A l’heure du silence…

Vieux pays

Exilé de toi-même

Tu as pris le maquis

Regagné les sommets

Tu ne veux plus sourire

Au premier gars venu

Il faut pour t’approcher

Bruire comme une fontaine

Et plonger ses deux mains

Dans un buisson de thym. »

Jean-Luc Pouliquen

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s