Le moindre sol est tain

« Prenez mes mains qui pensent,

Dit-il autour de lui,

Elles ont serré le vide

Plus qu’il n’en fallait

Pour sentir le seul poids du pain,

La seule mesure des miettes

Dispersées sous la neige.

Les mots ont tout gelé,

Le moindre sol est tain. »

Philippe Leuckx

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s