En nous un espace élargi

« Ne reste que l’oiseau. Une phrase qui chante seule sur sa branche. Une couleur perchée sur l’arbre d’un songe. Un bruissement de feuillage. Un vol qui rebondit. Mais la courbe de ce vol, l’inflexion singulière de ce chant, ouvre en nous un espace élargi. »

Jacques Goorma

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s