Capter un chant né de soi

« Habiter la poésie, c’est capter un chant né de soi… Quand on consacre sa vie à créer de la poésie, un changement d’état s’opère peu à peu. Au lieu de se rapprocher de l’idéal de la poésie à force de volontarisme, une voix venue de la profondeur de votre être se met à vous hanter, et vous transforme en un réceptacle qui accueille, qui résonne. Alors la poésie vous habite. Il faut parvenir à atteindre le diamant. Élaguer, tout réduire au minimum – mais ce minimum contient le drame d’une vie entière. »

François Cheng (entretien)

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s