Matin doux comme le premier jour

« Et parfois, survenait un matin doux comme le premier jour de la création où la vie, dans la lumière, révélait le fond de ses entrailles.

Les meubles, les enfants, et le laurier séché pendu au mur par une ficelle, tout était calme, nivelé – l’escabeau et le cerceau de la moustiquaire.

Comme lorsque tu regardes le creux du rivage et que tu aperçois sous l’eau limpide, les galets ronds, bruns, citron, roses, paisibles, bien rangés, comme si jamais ne les avait battus la colère de l’eau ni du vent.

Et tu dis : ce qui est au fond est en haut – et tu ne te noies pas.

Seul un léger soupir s’accroche à ta bouche comme le petit bouquet de cannelle, au clou, dans la cuisine, comme une branche de jasmin à la fenêtre, comme le nid d’hirondelle sous la gouttière du toit, et dans le nid reposent, tièdes, azurés, les œufs, prêts à devenir ailes et chansons.

Alors il nous semblait que rien n’était perdu, que la mort ne pouvait rien nous prendre, parce que nous avions tout donné, tout livré ; plus rien ne reste.

Et nous ne sommes pas seulement ce que nous sommes devenus, mais ce que nous avons donné, et nous devenons ce que devient notre don. »

Yannis Ritsos

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s