A chaque vie d’être vécue

« Devant cet arbre immense et calme

Tellement sûr de son amour,

Devant cet homme qui regarde

Ses mains voltiger tout autour

De sa maison et de sa femme,

Devant la mer et ses calèches,

Devant le ciel épaule nue,

Devant le mur, devant l’affiche,

Devant cette tombe encore fraîche,

Devant tout ceux qui se réveillent,

Devant tout ceux qui vont mourir,

Devant la porte grande ouverte

A la lumière et à la peur,

Devant Dieu et devant les hommes

A chaque vie d’être vécue. »

René Guy Cadou

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s