L'odeur que je rêvais dans mon livre

« Je me réveille. Mes yeux cherchent quelque chose que je ne sais pas. Dans mes bras, dans mes jambes, une force qui réclame de me porter au-delà de la dune et de la dune. Il me vient une odeur nouvelle, venue par quel vent ?

L’odeur est fraîche, piquante.

Je me tiens assise et je sens. Je ferme les yeux.

Il y a un souffle.

Il y a l’odeur que je rêvais dans mon livre.

C’était le parfum des hautes vagues que j’imaginais.

Une odeur de sel, humide, qui ouvre une grande coulée d’air dans ma poitrine. »

Jeanne Bénabeur

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s