Un chevalet

« Pour écrire ce livre j’ai arraché la fenêtre de ma chambre d’enfant et j’en ai fait un chevalet.
Je peins depuis des mois un flocon de neige et un nuage.
Rien de plus : cela devrait suffire pour attraper toute la lumière de ce monde – et de l’autre. »

Christian Bobin

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s