Comme un feu

« C’est comme un feu mais sans feu, sans futur ni passé,
le corps est si léger qu’il semble flotter sur les heures arrêtées,
dans l’étincellement du matin,
je l’appelle le présent, ce feu, il est partout,
il est insaisissable. »

Jacques Ancet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s