Au sang du soir

« Il n’est plus une fleur du jardin

que l’on ne goûte

au sang du soir.

Les corps silencieux

dans le hallier

défont

leur couronne d’épines.

Dans l’obscurité

s’attardent

leur patience

leurs genoux

leurs secrets

dans la terre. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s