Torrentiellement

« Jamais tête folle draguée dans la carrière de la nuit,
Jamais halètement et grincement de dragonne,
rêvée dans l’égarement des sabbats,
Jamais cinglement des fusées, des éléments éclatés,
des évidences extraordinaires,
plus torrentiellement ne dévala contre moi.

Jamais surprise et admiration d’enfants, braillant dans une barrique,
ne réunit joie gonflée de tant d’échos,
de ronflements, de renflements d’orage, de senteurs,
de retours à d’autres âges, de vrilles, de ravages dans les lignes droites,
de brassages. »

Henri Michaux

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s