Lueur

« Merci pour les jours sombres

Merci pour le brouillard

Pour la maison perdue

Pour les pas dans la neige

Merci pour le pouvoir d’assumer le désert

Merci pour le couteau

Qui agrandit la plaie

Merci pour tant de nuit

Merci pour la fenêtre

Et cette vitre pâle

Tout au bout de l’exil. »

Georges Haldas

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s