La noria des mots

« Je murmure et j’entends,
La distance est acquise,
La noria des mots épuise le silence.

Nous sommes loin.

Et le cri des oiseaux multiplie la distance,
Leur cri
Le froid limpide
Et la distance bleue.

L’ombre est si près de la lumière maintenant.
Chacun des mots s’élève en moi
Plus inconnu que chaque chose. »

Pierre Torreilles

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s