L’alchimie

« Souviens-toi, cette année-là on découvrit l’alchimie
Des tempêtes, la rouille des saisons, fougères et décombres,

L’ancienne poésie avait jeté dans l’eau du fleuve ses clefs et ses couronnes,
Et la mémoire au bois dormant brûlait au feu des phrases,

Tu avais franchi les portes :
Tu étais au-delà de l’errance et des nostalgies,

De l’autre côté de la question. »

Lionel Ray

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s