Au-dedans, plus de frontières

« Vois le jour à travers les barreaux
nommés œil, oreille, narine.
Ils te tiennent depuis l’enfance.
Ils sont ta sauvegarde
contre tout ce qui cogne aux parois

mais au-dedans, plus de frontières!
Vole, nage, marche au bras
des formes les plus grandes.
Passe au travers des murs de poudre.
A toi d’assiéger le monde! »

Jean Tardieu

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s