C’est toi qui descends mot à mot

« Lorsque tu passes dans ma nuit
comme la lune
entre les branches,
vite, je dresse la lyre du poème ;
je m’apprête à grimper
un à un les degrés
de mes vers, et c’est toi qui descends
mot à mot
dans les miens. »

Gilles Baudry

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s