La maison basse

« La maison basse est là
sulfatée de bleu
aux confins des coteaux
et des vignes absentes
où l’ombre recompose
dans un tas de graviers
les figuiers de septembre…
Petit mur du lavoir cassé
Puits asséché
la roue grince sans fin
aux gestes du passé.
Dans l’avril du jardin
la glycine a épousé
les grillages du temps. »

Jean-Pierre Metge

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s