Comme des copeaux légers

« Si tu crois qu’aux enfants seuls siéent les songes

je te dirai ce retour d’images brèves

qui font d’une vie une éternelle saison qui nous frôle

et n’en finit pas d’interroger les forêts.

On lâche seulement sur le tard des mots neufs

enfermés comme des copeaux légers

dans des larmes avides d’épaules. »

Barbara Auzou

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s