Il me faut la vie tout entière

« Pour faire un mur
il me faut la patience
la longue durée de l’anticipation
un jour durable et ancien

Il me faut la vie tout entière
les pierres plates de la main
les gestes mesurés
pour faire un mur

Et j’adosse le vivant à la terre
Je m’installe dans la nudité du mot
Je n’ai de regard que celui du silence. »

Pierre Kobel

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s