Comme un chemin

« Elle naît en moi
toujours de fatigues ou de désirs
trop longtemps amoncelés,
parfois d’humbles choses
qui ont peur d’entrer dans le temps,
d’une pomme précédée de son odeur,
de bêtes cloîtrées
en leur vie de feuilles mortes,
de terres et de collines solitaires,
elle revient comme un chemin
où l’on repose chaque jour
ses pas dans ses pas,
cette merveilleuse
et terrible nécessité d’écrire. »

Georges Bonnet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s