Cela ne venait pas de loin

« Cela ne venait pas de loin
ce qui vint encore.

Nous en parlons parfois, pour nous décrocher du poème
qui contient le cheval relâché de nos jours.
Nous parlons maintenant avec du sable
ou des graviers…

L’ordinaire,
demain et demain, continue.
Balbutie. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s