Nostalgie du rythme et du vent

« S’attise la nostalgie
du rythme et du vent
par ces journées immobiles
où il n’est plus d’abri
de répit
d’espoir de crépuscule
tandis que des monceaux de lumière inutile
noire
se déversent sur la vie
comme assommée
et que sous des ciels métalliques
aux trop vastes étendues
l’envol
ne peut être que dissolution. »

Charles Juliet

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s