D’abord abattre, brûler, arracher

« D’abord
abattre brûler arracher

impitoyablement

n’être qu’une étendue de pierres
une infernale agonie

jusqu’à ce jour de glace
où l’origine libère son printemps
répand ses pluies son limon
rend toute chose neuve étrange

alors
ses racines plongeant
dans la source
le réel se dresse
frémit dans le vent. »

Charles Juliet

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s