Je ne sais où j’ai oublié la main

« Les yeux me sont de trop, et la parole.
À présent il me reste la page
vierge encore de l’insupportable
cantilène des grillons.

Parmi les feuilles mouillées du crépuscule
je ne sais où j’ai oublié la main.
Peut-être qu’avec la pluie
elle dévale parmi les pierres. »

Eugénio de Andrade

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s