L’âme toujours en mouvement

« L’âme toujours en mouvement à partir du cœur. Dans quelle direction va mon corps, tremblant, prêt à ne plus exister après avoir tant aimé la simple odeur des feuilles, la frénésie des oiseaux en mai ? J’existe, moins que le temps des lumières ou des enfants bienheureux. Mais quand bien même j’aurais été conçu pour cesser d’exister, j’existerais dans l’éternité des pierres, sur la trace des loutres amusées, dans l’envol d’un uppialuk millénaire. Crier cette existence donne tout son sens à mon non-sens possible. »

Jean Désy

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s