Lézarde

« Et moi qui porte au fond des mots, au fond du sang
Je ne sais quel appel, je ne sais quel écho
D’enfances tenaces et terrifiées,
L’effrayante ou miraculeuse saveur
D’une lézarde entre deux nuits. »

Georges-Emmanuel Clancier

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s