Langue rêche

« Écrire de mon mieux…

T’égarer dans le fouillis du jardin repu, langue rêche

Abreuver ta bouche de nectar de groseilles

Volées aux soleils accroupis entre nuages de reines-claudes

Garde tes moutons d’avril quand la faim du loup envoûte la nuit

Tu es dame guerrière des pistes inviolées

Je suis migrant venu du vent de toutes parts

Et nos enfants s’éclaboussent dans la lumière. »

Rio Di Maria

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s