Le brin d’herbe

« Quand peu avant midi
Le soleil est sur la prairie,
Que la chaleur, disent les pâquerettes, est bonne
Au niveau de la fleur,
Au niveau des racines,
Que le pré est ouvert à des champs, des landes,
Des chemins, du ciel,
Que c’est un chant comme c’est du silence,
Que toutes les choses ont le temps de se regarder,
Le brin d’herbe a les dimensions du monde. »

Eugène Guillevic

Cet article a été publié dans Poésie, Retravaillé, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s