De ta voix même

« Cette lueur en toi qui point
Et qui t’arrache à ton néant,
Elle t’atteint du fond des temps –
Ressac à peine perceptible
Qui bat et se brise dans l’ombre,
Mais te soulève à chaque fois
Encore un peu plus haut.

Sa rumeur grandit avec toi,
Elle t’emplit de ta voix même,
Écho de l’invisible écho
Qui va brûler ton sang
De sa parole intarissable. »

Pierre Gabriel

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s