De part et d’autre

« De part et d’autre des choses, des branches, du ciel,

Où la lumière se surprend de l’autre côté d’elle-même,

Où la pensée a mué

Pour n’être que le serpent d’une caresse,

La joie à devenir pierre et mousse,

Où tu viens avec ton silence,

Ce qu’il reste à vivre de chaud,

La sommation du présent,

Tes bruyères pour définir la plaine,

Tes fleurs mouillées au matin de la nuit pleine,

Un corps pour rompre avec le passé et ses fatigues

Et pour danser comme l’ombre d’un sourire dans les banlieues du regard.

De part et d’autre des choses, des branches, du ciel,

Où tu viens et je viens,

Où tu replantes ce jardin et son double,

Où tu palpites,

Où j’écoute ton ventre

Le ventre sur l’herbe. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s