L’arbre

« Par la violence de son vertige
L’arbre a jailli du sol vaincu
Dans l’air où les oiseaux pleuraient…

La chaleur arrondit la montagne
Mais glisse sur le tronc de l’arbre
Les feuilles et les tiges
Comme caillou dans la main

Une rivière suffit au rocher
Pour qu’il devienne enfant

La nuit le vent peuple l’arbre…
Mais à l’aurore ce sont déjà des fleurs
Qui se travaillent en fruits. »

Paul Vincensini

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s