Halte

« Poème

Parfois tu viens faire halte

Avec tes airs de moineau,

T’ébrouer

Dans la petite flaque de mon écriture.

Je n’ai le temps que de te dire très peu,

Je n’ai pas le temps de te prendre dans mes mains

Que d’un trait tu t’envoles.

Et l’eau bien sûr après ton chahut

S’endort à nouveau,

Et moi

Bien sûr je reste là,

Toujours le même,

Mais comme au premier jour,

Mais rafraîchi

Pour mille ans. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s