Chemin de nuit

« Je suis celui que tu as désiré

Dans le chemin de nuit

Je fais dormir les yeux obscurs de tes brebis.

Je suis le messager sur tes rochers

Et mon regard fait fondre tes rochers

Je suis la main qui fait couler

De tes sables l’eau lustrale…

Si profonde est la guerre de ces vastes terres

Que tu te tiens prisonnière

Et qu’à la nuit tu es ce que tu es. »

Pierre-Jean Jouve

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s