Il n’y a pas d’écoute obscure

« De qui sommes-nous séparés ?

Nous entrons seuls, nous le restons…

Nous éprouvons combien la poitrine est étroite, l’haleine rare.

Près de qui sommes-nous pourtant

à la limite de nos forces ?

Au fond des chambres nous rejoignons tous ceux qui sont venus

dans la détresse ainsi que la ferveur, dans la durée ardente : pas de frontières intangibles,

il n’y a pas d’écoute obscure.

Comme l’eau sous la glace, ne fût-ce qu’un murmure, une voix continue de sourdre,

elle cherche une issue. »

Pierre Dhainaut

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s