Pour voir tout le ciel dans l’ornière

« Je suis le foin je suis le vent je suis mon propre automne…

Toute parole qui meurt sur ma lèvre est toujours mon cœur arraché…

Il suffisait pourtant de si peu d’eau pour voir tout le ciel dans l’ornière. »

Louis Aragon

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s