Toute chose accoudée à la table du jour

« C’est d’un cahier ouvert sur un coin de table que je ne dirai rien…
Le simple me rattrape.
L’éternuement d’un chat, le sang d’un géranium,
une jacinthe pâle accouchée de la nuit, la mer à la fenêtre.
Toute chose accoudée à la table du jour. La grâce du peu décape l’inutile. Nettoie les outils.
La soupe dans le bol, le repos de la terre écrivent mieux que moi une lettre d’amour. »

Ile Eniger

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s