L’aurore commence à poindre

« L’aurore commence à poindre, les nues se rassemblent comme des troupeaux de moutons. Oh ! amis, du vin ! du vin !

Les gouttes de rosée perlent sur les tulipes, ô amis ! du vin du matin ! du vin !

Le zéphyr du séjour céleste souffle et traverse la prairie. Oh ! buvez ! buvez ! buvez constamment du vin limpide.

Les fleurs entrelacées forment un trône d’or sur le gazon ; profite d’un tel moment, jouis de ce vin couleur de feu.

Désormais la porte de la taverne est fermée, ouvre-la, toi qui ouvres toutes les portes. »

Hafez

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s