Jusqu’ici

« Un simple sentier sillonnant entre dix mille arbres,
Une vallée brumeuse cachée parmi un millier de sommets.
Ce n’est pas encore l’automne pourtant les feuilles tombent ;
Il ne pleut pas beaucoup, pourtant les rochers poussent sombres.
Avec mon panier, je cueille des champignons ;
avec mon seau, je prends de l’eau pure à la source.
À moins que vous ne fassiez exprès de vous perdre
vous ne pourrez jamais arriver, si loin, jusqu’ici. »

Ryōkan Taigu

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s